Les routines visuelles

La maman de l’un de mes patients m’a demandé comment travailler l’autonomie sous la douche ?. En effet, elle veut profiter du confinement pour rendre son fils, présentant de l’autisme, plus autonome, ce que je trouve très pertinent. Ma réponse, mais je pense qu’elle s’y attendait, a été : les routines visuelles ! Voyons un peu, dans cet article de quoi il s’agit, l’intérêt de les mettre en place, comme les faire et les utiliser et enfin les limites qu’elles peuvent présenter !

  1. Qu’est-ce qu’une routine visuelle ?

Il s’agit d’un support visuel constitué d’un ensemble de dessins, de photos ou de pictogrammes dont le but est de décomposer une tâche à accomplir. On va donc réfléchir aux différentes étapes qui composent la tâche (ex: se laver les mains) et on va les représenter visuellement. On va également réfléchir à la chronologie, à l’ordre des étapes. Une fois toutes les étapes réalisées, dans l’ordre, on pourra dire que la tâche est accomplie.

2. Pourquoi mettre en place une routine visuelle ?

La routine visuelle s’adresse souvent à des personnes présentant de l’autisme, mais elle peut être utile pour de nombreuses personnes et dans de multiples situations !

Elle permet d’aider pour :

  • la compréhension

Pour certains, la compréhension verbale est difficile, voire impossible. Pourtant, cela ne veut pas dire qu’il n’y a aucun accès au sens. Parfois, le support visuel change tout : soit il soutient ou complète les informations verbales transmises, soit il remplace. Il va stimuler le canal visuel, en plus ou à la place du canal auditif par exemple. Ceci étant dit, l’utilisation de la routine visuelle va parfois, dans un premier temps, nécessiter l’utilisation d’une guidance qui,dans l’idéal, sera estompée pour disparaître et laisser place progressivement à ……

  • l’autonomie

C’est l’objectif de chaque parent, n’est-ce pas ? Il y a un proverbe juif que j’adore et qui dit  » On ne peut donner que deux choses à ses enfants : des racines et des ailes. » Je trouve qu’il est très représentatif du concept d’autonomie : donner toutes les aides nécessaires jusqu’à pouvoir lâcher la main et laisser faire seul. Petit à petit, la routine visuelle va être intégrée et la personne pourra, on l’espère, réaliser un jour la tâche seule, ou avec de moins en moins d’aide. Parfois, de l’aide sera toujours nécessaire, mais chaque petit pas est important pour aller sur la grande route de l’autonomie !

  • la mémorisation

Je pense tout particulièrement aux personnes qui présentent de l’hyperactivité et pour qui il est souvent nécessaire de rappeler les consignes. C’est épuisant, pour quiconque, de répéter 20 fois la même chose, chaque jour. Mais c’est également épuisant de l’entendre 20 fois, notamment quand on est sur-stimulé par tout ce qui nous entoure ! De ce fait, le support visuel permettra de soulager celui qui donne la consigne (le parent par exemple) qui pourra renvoyer vers la routine visuelle, mais également la personne qui en a besoin, qui n’aura pas à redemander et qui pourra, de manière autonome (vous voyez le lien), faire la tâche. Je fais le lien ici avec les emplois du temps visuels qui suivent le même principe (voir notre article ici)

  • l’apprentissage et la confiance en soi

Bien sûr, la mise en place de ces routines visuelles, de ces supports, va permettre à la personne de mieux apprendre car ce sera adapté, pensé, réfléchi pour cette personne en particulier en fonction de ses besoins, de ses forces et de ses faiblesses. Du coup, ça lui permettra d’apprendre peut être plus vite et d’être valorisée car elle aura fait des progrès ! Que du positif en somme !

  • Diminuer l’anxiété

L’imprévisible peut être angoissant, surtout quand on ne sait pas faire, quand on n’est pas encore compétent. Du coup, pouvoir prévoir ce qu’il va falloir faire peut rassurer et diminuer l’angoisse. Le fait de pouvoir visualiser les étapes au préalable peut être intéressant pour certains.

3. Comment fabriquer une routine visuelle ?

Dans un premier temps, il faudra décider sur quel apprentissage vous voulez travailler : lacer ses chaussures, se laver les mains, couper une carotte, prendre sa douche, se brosser les dents…Tout est possible!

Dans un second temps, il sera nécessaire d’évaluer si la personne à qui s’adresse la routine visuelle est capable de réaliser toute la séquence en quelques étapes ou bien s’il faudra encore re-décomposer les étapes en plus petites étapes. Pour cette partie, je vous conseille de vous adresse aux professionnels qui travaillent avec votre proche : l’orthophoniste bien-sûr, mais aussi l’éducateur, la psychologue, l’enseignant etc. Cela permettre de créer un support vraiment adapté !

Ensuite, il faudra déterminer les étapes. Par exemple, pour « se laver les mains », on aura : ouvrir le robinet/mettre ses mains sous l’eau/prendre du savon/ frotter ses mains/rincer ses mains/ fermer le robinet/ essuyer ses mains. Là où il faut être attentif, c’est que les étapes vont dépendre de chaque personne. Ici, pour certains, on va rajouter  » remonter ses manches », ou encore on va détailler le moment « frotter ses mains » pour que ce soit plus précis. On s’adapte aux besoins ! Dans ce sens, les routines visuelles doivent, dans l’idéal, être construites par les parents ou les professionnels à destination de leur enfant /patient. Les routines que vous pourrez trouver toutes prêtes peuvent bien sûr dépanner, mais si on veut être au plus proche des besoins, il vaut mieux faire soi-même.

Enfin, il faudra choisir quelle représentation visuelle utiliser : faire des photos des différentes étapes (pas toujours facile d’avoir un bon cadrage et que ce soit suffisamment clair) , des dessins, des pictogrammes ? Encore une fois, je pense que les professionnels ont leur rôle à jouer pour vous aider à comprendre le niveau de compréhension visuelle de votre proche.

Voici quelques propositions :

Photos : faites-les vous-même, ou bien allez sur des sites comme istockphoto.com et vous pourrez trouver ce que vous cherchez, mais faites attention aux droits d’auteur si vous souhaitez pouvoir diffuser! Il existe également du matériel spécifique, comme par exemple ces séquences visuelles pour l’habillage chez Autisme Diffusion ou encore ce matériel qui est plutôt en rapport avec des activités de loisir.

Dessins : je vous recommande Les Pictogrammes qui sont des dessins d’un petit garçon ou d’une petite fille qui font plein d’actions. Il y a des séquences visuelles inclues dans les livres, que vous pouvez facilement créer. De plus, il y a une page Facebook très intéressante, avec des nouveaux pictogrammes et des exemples de créations !

Pictogrammes : je vous recommande les pictogrammes en noir et blanc de Sclera.be qui sont aussi bien adaptés pour les adultes, et bien sûr le logiciel Picto Selector, mon chouchou, dans lequel on trouve de nombreux pictogrammes ! Il peut aussi s’agir, en fonction de la personne, des pictogrammes PECS, MAKATON etc.

Quand vous avez choisi votre type de support visuel, vous pouvez fabriquer votre routine, idéalement la plastifier, et hop, c’est parti !

4. Comment utiliser une routine visuelle ?

Maintenant, il faut placer la routine visuelle à l’endroit où aura lieu la tâche à accomplir et déterminer le meilleur endroit pour la placer, afin qu’elle soit accessible : au-dessus du lavabo pour le lavage des mains, à côté du lit pour apprendre à faire son lit …

A chaque fois que la tâche se présente, il faut proposer le support visuel, et soit pointer, soit faire pointer. On peut, si c’est adapté à la personne, décrire l’action en quelques mots, idéalement toujours les mêmes pour ancrer un référent verbal (« prendre le savon », « tirer la couverture »..).

On peut parfois, si c’est nécessaire, ajouter un Time timer, pour montrer le temps que dure chaque étape, par exemple si la personne à tendance à frotter ses mains très rapidement et pendant un temps insuffisant. Il s’agira d’allonger petit à petit le temps imparti pour chaque étape, ou bien au contraire, si la personne prend trop de temps pour une étape (certains enfants adorent passer leurs mains sous l’eau, par exemple ! ), le diminuer.

5. Quelles sont les limites des routines visuelles ?

Si les routines visuelles peuvent aider à la compréhension, favoriser l’autonomie, diminuer l’anxiété, elles peuvent aussi renforcer la rigidité de certaines personnes, notamment dans le cadre de l’autisme. En effet, en établissant un apprentissage par étapes, avec un ordre chronologique, il peut être difficile pour la personne de faire preuve de flexibilité dans le cas où une étape ne pourrait pas, pour x ou y raison, être réalisée ! Dans ce cas, je vous invite à lire l’article sur le site spectredelautisme.com, qui détaille les questions à se poser pour évaluer si une routine est problématique (ça va plus loin que les routines visuelles) mais également des pistes pour aider la personne à développer sa flexibilité et à accepter le changement plus facilement.

6. Un exemple de routine visuelle pour la douche

(un grand remerciement à mon mari qui a bien voulu jouer le jeu !)

Tant qu’à faire, j’ai créé une routine visuelle pour mon patient dont la maman veut travailler le moment de la douche. J’ai essayé de bricoler un système pratique mais il peut évidemment être modifié et amélioré. Il a été réalisé avec le logiciel Picto Selector et les pictogrammes gratuits Sclera.

Je vous joins également les pdf de cette routine, mais encore une fois, il vaut mieux adapter directement à la personne.

Attention : cette routine est très complète et très longue, elle ne conviendra pas à tous les enfants et adultes qui en ont besoin. N’hésitez pas a

Vous pouvez également trouver des exemples de routines visuelles :

Chez Hop Toy’s https://www.bloghoptoys.fr/jimprime-mon-poster-je-prends-ma-douche-tout-seul

Par le CHU de Montpellier http://www.autisme-ressources-lr.fr/IMG/pdf/armande-perrier-supports-visuels-domicile-2012.pdf

Sur les groupes Facebook, vous trouverez plein d’exemples, mais attention aux droits d’auteur, souvent, les pictogrammes utilisés doivent être achetés!

Je vous souhaite une bonne journée !

Charlotte F.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s